Développement Durable

Journée mondiale de l'eau

Entrevue avec le professeur Francesco Regoli

Le 22 mars de chaque année, nous fêtons l'eau, cet élément synonyme de vie. La Journée mondiale de l'eau (World Water Day: www.unwater.org/worldwaterday) est une manifestation instituée par les Nations Unies en 1992. Au centre de nombreux débats pour sa protection, l'eau est une denrée que même l'industrie textile veut protéger, avec l'élaboration des best practices comme le brevet SAVEtheWATER® dont peut se vanter Canepa. Né des laboratoires de recherche CanepaEvolution, il génère d'importantes économies d'eau, d'énergie et de CO2, et permet l'élimination totale des substances toxiques.
Concernant l'importance de la protection et de l'économie de l'eau, nous avons sollicité l'avis d'un expert sur le sujet, le professeur Francesco Regoli, directeur adjoint du Département des sciences de la vie et de l'environnement de l'Université polytechnique des Marches et pionnier depuis des années dans le domaine de la pollution marine. Le problème majeur? En plus des contaminants traditionnels, une véritable urgence à l'heure actuelle est la présence de plastiques et de micro-plastiques dans les océans.

Professeur Regoli, quelle est la quantité de micro-plastiques présente dans les océans à l'heure actuelle?
La production de matières plastiques a connu une croissance exponentielle au cours des 60 dernières années et nous atteignons désormais environ 300 millions de tonnes annuelles, avec une libération moyenne dans les océans d'au moins 12 tonnes par an. La partie visible de la matière plastique dans la mer représente la pointe de l'iceberg, puisque plus de 90 % de ces matériaux sont des particules «invisibles» dont la taille est inférieure à 5 mm: ce sont les micro-plastiques. Alors que les médias se concentrent sur ​​certaines zones de stockage océanique et sur ​​les «îles en plastique», la situation en Méditerranée est tout aussi préoccupante. Des études récentes montrent des quantités moyennes de micro-plastiques comprises entre 250 000 et 1,7 millions de particules par km2, un chiffre qui dépasse les 9 millions de km2 dans certaines régions. La propagation de micro-plastiques est omniprésente: on en trouve à la surface jusque dans les sédiments abyssaux le long des côtes et des plages.

Pourquoi est-il nécessaire de protéger les mers et les océans des micro-plastiques? Quel est leur impact négatif sur l'environnement et, par conséquent, sur la vie quotidienne?
La vie et les écosystèmes marins ne sont pas épargnés par les effets des micro-plastiques. Ces polymères synthétiques peuvent s'accumuler dans les organismes depuis les niveaux inférieurs de la chaîne alimentaire et être transférés aux grands prédateurs de la Méditerranée (photo ci-dessous). Plus de 30 % des produits de la pêche commerciale que nous achetons contiennent des micro-plastiques avec des fréquences allant jusqu'à 100 % pour certaines espèces de poissons. Les micro-plastiques ne sont pas biologiquement inertes et après avoir été ingérés par des organismes, ils peuvent engendrer une large gamme d'altérations moléculaires, immunitaires et cellulaires.

À votre avis, pourquoi l'engagement des entreprises textiles est-il important dans le domaine de la protection environnementale?
Les fibres sont particulièrement répandues dans le milieu marin et des polymères tels que l'alcool polyvinylique (PVA), les acryliques, les polyamides et les polyesters représentent souvent la majorité des micro-plastiques trouvés sur les plages, le long des cours d'eau et dans les organismes. Considérant que la population mondiale va doubler au cours des 40 prochaines années, il est clair qu'il faudra être plus efficace pour gérer la libération des fibres et des polymères utilisés dans la production de textiles dans l'environnement. De ce point de vue, l'engagement des entreprises textiles sera essentiel pour envisager de nouvelles technologies visant à réduire l'utilisation de ces micro-plastiques et les remplacer par des composés plus respectueux de l'environnement.

L'utilisation du chitosane peut-elle avoir des avantages? Quels sont-ils?
Le remplacement du PVA par le chitosane est certainement un bon point de départ. Le chitosane est un polysaccharide naturel dérivé de la chitine doté de nombreuses caractéristiques comme une efficacité bactéricide et antimicrobienne prouvée, sa biocompatibilité et diverses propriétés thérapeutiques. Le chitosane est également utilisé dans certains procédés de traitement en raison de sa capacité à attirer et immobiliser des substances toxiques telles que les métaux lourds et les huiles présentes dans les eaux usées et les effluents. En ce sens, l'utilisation du chitosane dans la fabrication de tissus pourrait permettre une réduction significative de la consommation et de la libération de substances dangereuses et persistantes telles que le PVA, des effets bénéfiques possibles en termes de purification des déchets et une sensibilisation au problème des micro-plastiques.

Qu'est ce qui sera nécessaire dans un avenir proche?
D'autres études sont nécessaires pour continuer à définir la présence de micro-plastiques, de polymères textiles et de leurs dérivés dans le milieu marin, pour approfondir les connaissances sur leur capacité à absorber les contaminants, leur transfert sur le réseau alimentaire et leurs effets nocifs sur les organismes marins. À l'heure actuelle, il est impossible de retirer le plastique déjà déversé dans les océans, ce qui est pourtant crucial et devrait commencer le plus tôt possible afin de réduire la consommation et la libération future dans la mer.

BIOGRAPHIE DE FRANCESCO REGOLI
Francesco Regoli est l'un des principaux experts internationaux sur les effets et les risques des contaminants environnementaux pour les organismes marins. Ses recherches ont été utilisées pour surveiller l'impact dans les zones polluées par l'industrie et les pôles pétrochimiques, les plates-formes offshore, les déversements ou les épaves, mais aussi pour surveiller les zones éloignées comme les environnements polaires et étudier le risque de nouveaux contaminants émergents tels que les médicaments et les micro-plastiques. Sur cette question, il participe à un grand projet européen, avec 16 autres partenaires internationaux, sur l'étude des effets écotoxicologiques des micro-plastiques (Ephemare).

img

Publié(es) le 22 Mars 2016

S'il vous plaît inscrivez-vous à notre newsletter
Mises à jour sur les produits, la durabilité et sur le monde Canepa
prodotto
Canepa est sur instagram.
Aller au profil